orgasme anal

Qu’est-ce qu’un orgasme anal ? Comment en faire l’expérience ?

Table des matières


    En raison de sa construction en tant qu’acte de déviance ou de perversion avec une histoire compliquée, gouverné par des cadres religieux et ecclésiastiques, le rapport anal a longtemps été considéré comme tabou et comme une conduite sexuelle condamnée. Alors que des recherches médicales ont décrit le rapport anal comme un écart au développement sexuel « normal », des recherches contemporaines ont suggéré une augmentation du sexe anal chez les partenaires, ainsi qu’une évolution du statut du sexe anal : d’interdit à tendance.

    Qu’est-ce qu’un orgasme anal ?

    L’orgasme anal est un type de plaisir sexuel qui est produit par le sexe anal, qui consiste à insérer le pénis dans l’anus et dans le rectum. Cet acte peut aussi comporter un anulingus (stimulation orale de l’anus), le fait de doigter, et l’utilisation de sex-toys, comme des vibromasseurs, des dildos, des strap-on et des plugs anaux.

    Tandis que certaines personnes préfèrent les rapports anaux à cause du plaisir ressenti, d’autres le considèrent comme une « alternative » au sexe vaginal, pour éviter une grossesse non désirée, la perte de la virginité vaginale, ou même le saignement des règles. Certains pourront même avoir des rapports anaux avec une maladie sexuellement transmissible (MST), bien que des recherches aient prouvé que cette pratique peut être une voie de transmission de MST négligée.

    Qui peut avoir un orgasme anal ?

    Les rapports anaux ont longtemps été considérés comme un comportement sexuel réservé aux hommes homosexuels. Mais, de nombreuses recherches et enquêtes menées auprès d’individus de genre et d’orientation sexuelle variés, ont révélé que cet acte sexuel se produit tout autant chez les hétérosexuels que chez les homosexuels.

    Les femmes ne sont pas les seules à pouvoir avoir un orgasme et un rapport anal, que ce soit par le biais de la masturbation ou dans une relation hétérosexuelle. Les hommes peuvent tout aussi bien utiliser des sex-toys masculins, ou comme certains hommes préféreront, à l’aide de leur partenaire féminin leur faisant du pegging.

    Mais, un grand nombre de personnes n’aiment pas le sexe anal, et ne pourront donc pas atteindre l’orgasme anal. En réalité, ils voient cela comme une activité déviante et la trouvent même irrespectueuse, inconfortable, préjudiciable, pas hygiénique ou même dégoûtante.

    Comment atteindre un orgasme anal ? À quoi cela ressemble-t-il ?

    Une recherche a permis d’identifier trois sources distinctes d’une stimulation sexuelle résultant des rapports anaux : le rectum, l’anus, et chez les hommes, la prostate. Chacune de ces parties transmet des informations sensorielles au cerveau. En réalité, ces neurones transmettent des impulsions provenant de diverses méthodes de stimulation sexuelles, telles que la stimulation vaginale, clitoridienne, pénienne… ce qui résulte en une sensation orgasmique.

    Lorsque nous demandons à quoi ressemble un orgasme anal, certains hommes décrivent l’orgasme anal, produit par la stimulation de la prostate, comme étant « plus profond », « plus global et plus intense, plus long, et, associé à de plus grands sentiments d’extase que l’orgasme d’une simple stimulation pénienne ».

    Les sentiments subjectifs que les femmes déclarent avoir lors d’un rapport anal, vont de la joie et du désir, à la contrainte et la brutalité. Pendant que certaines ont des rapports plus agréables, d’autres trouvent que le sexe anal est inconfortable, surtout la première fois qu’il a lieu.

    Comment avoir un orgasme anal ?

    Pour avoir un orgasme anal, vous devriez suivre quelques étapes. Les voici :

    1. Communication : chaque activité sexuelle doit contenir cet élément. Parler de la vitesse et des mouvements avec votre ou vos partenaires est très important pour avoir une expérience sans danger, confortable et satisfaisante.
    2. Considération :  il est important de prendre en compte les croyances et le niveau de confiance de votre partenaire. Personne ne devrait être forcé à faire une chose qu’il ne veut pas faire. 
    3. Relaxation : les personnes ayant déjà pratiqué le sexe anal ont affirmé que c’est assez douloureux. L’acte est sans douleur et assez plaisant lorsque les muscles sphincter sont assez relaxés. Mais, ce processus a besoin d’entraînement.
    4. Utilisation de préservatif : l’utilisation d’un préservatif est très importante, certains seront même conçus pour une utilisation anale. Des exports ont rapporté que des rapports anaux sans préservatifs  sont liés aux MST extragénitales dans la niche anale. Bien que ces infections soient asymptomatiques, d’autres auront des effets visibles, comme une douleur anale, des décharges purulentes, des ténesmes, des saignements, des proctites ulcératives, etc. Donc, la reconnaissance précoce d’une infection ou d’un comportement à risque est essentiel pour la mise en place d’un test de dépistage et d’un traitement appropriés.
    5. Commencer doucement : le sexe anal est vu comme un processus plutôt que d’un simple acte. En effet, la région anale est très fragile et vous pourrez facilement vous blesser. De ce fait, il est recommandé de commencer en douceur pour éviter toute blessure. Commencez en massant la partie anale, puis en rentrant des doigts pour détendre l’anus, et puis avancer progressivement. L’utilisation de sex-toys peut être très utile dans ce processus.
    6. Utilisation de lubrifiant : au contraire du vagin, le tissue qui tapisse le rectum produit une lubrification minimale. C’est pourquoi l’utilisation d’un lubrifiant à base d’eau avec un préservatif résistant aux déchirures est recommandé lors des rapports anaux. Utiliser du lubrifiant ne facilite pas seulement la pénétration anale, mais il améliore le plaisir, ce qui entraîne l’orgasme anal.
    7. Utilisation de sex-toys : il y a de nombreux sex-toys, y compris des dildos, des vibromasseurs, des strap-on, et des plugs anaux, qui pourront vous aider à profiter d’une stimulation anale.
    8. Hygiène : le respect de certaines règles d’hygiène est nécessaire pour profiter d’une stimulation anale. Par exemple, éviter les rapports anaux lorsque les intestins seront pleins et nettoyer la région avant les rapports sexuels, car la présence d’excréments dans le rectum pendant les rapports anaux est considérée comme indésirable et peut rebuter certaines personnes.
    9. Doucher rectal : la majorité des personnes choisiront d’avoir un doucher rectal (ou un lavement) avant d’avoir des rapports anaux, pour plusieurs raisons : l’hygiène, le plaisir accru, la demande d’un partenaire, etc. Les douches rectales peuvent avoir d’autres avantages, autre que le nettoyage, comme la prévention de maladie infectieuse (VIH et MST). Mais, il est important de noter qu’utiliser certains objets du quotidien peuvent provoquer des déchirures rectales, et le risque d’avoir des MST ou le VIH est accru.
    10. Préparation : comme nous l’avons déjà mentionné, le sexe anal n’est pas quelque chose de spontanée, et vous aurez besoin d’« entraînement anal ». Le danger de transmettre sexuellement une maladie, les dangers d’une fissure et de « saignements rectaux », la probabilité d’exposition aux matières fécales, les « problèmes de vessie » et d’incontinence fécale sont tous considérés comme des risques associés au sexe anal, s’il est pratiqué sans prudence. Mais, pour contrer ces risques, et rendre le sexe anal plus satisfaisant, plusieurs rituels peuvent être mis en place.

    Références :

    1. Komisaruk B. R. (2010). The orgasm answer guide. Johns Hopkins University Press.
    2. Faustino M. J. (2021). Representations of heterosexual anal sex in Cosmopolitan magazine. Culture, health & sexuality, 23(8), 1050–1065.
    3. Hirst, J., Pickles, J., Kenny, M., Beresford, R., & Froggatt, C. (2023). A qualitative exploration of perceptions of anal sex: implications for sex education and sexual health services in England. Culture, health & sexuality, 25(2), 241–255.
    4. Morhason-Bello, I. O., Kabakama, S., Baisley, K., Francis, S. C., & Watson-Jones, D. (2019). Reported oral and anal sex among adolescents and adults reporting heterosexual sex in sub-Saharan Africa: a systematic review. Reproductive health, 16(1), 48.
    5. Assi, R., Hashim, P. W., Reddy, V. B., Einarsdottir, H., & Longo, W. E. (2014). Sexually transmitted infections of the anus and rectum. World journal of gastroenterology, 20(41), 15262–15268.
    6. Carballo-Diéguez, A., Lentz, C., Giguere, R., Fuchs, E. J., & Hendrix, C. W. (2018). Rectal Douching Associated with Receptive Anal Intercourse: A Literature Review. AIDS and behavior, 22(4), 1288–1294.
    7. Blair, C. S., Javanbakht, M., Comulada, W. S., Richter, E. I., Bolan, R., Shoptaw, S., & Gorbach, P. M. (2020). Lubricants and rectal douching: associations with rectal gonorrhea, chlamydia, and/or syphilis infection among men who have sex with men. International journal of STD & AIDS, 31(11), 1040–1046.
    8. Lee, A., Gaither, T. W., Langston, M. E., Cohen, S. E., & Breyer, B. N. (2021). Lubrication Practices and Receptive Anal Sex: Implications for STI Transmission and Prevention. Sexual medicine, 9(3), 100341.

    Les commentaires

    Soyez le premier à commenter

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique en matière de cookies.

    Close Popup
    Paramètres de confidentialité sauvegardés !
    Paramètres de confidentialité

    Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


    Cookies techniques
    Afin d'utiliser ce site web, nous utilisons les cookies techniques suivants.
    • wordpress_test_cookie
    • wordpress_logged_in_
    • wordpress_sec

    Refuser tous les services
    Save
    Accepter tous les services